ZRCV : exonération de CFE en faveur des activités artisanales ou commerciales

Création Reprise

DDFIP Mise à jour le 8 septembre 2021
Partager sur :

Présentation du dispositif

Les communes et les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre peuvent, par une délibération, exonérer partiellement ou totalement de Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) les établissements exerçant une activité commerciale ou artisanale dans une Zone de Revitalisation des Centres-Villes (ZRCV) .

Cette exonération s'applique au titre des impositions établies au titre des années 2020 à 2023.

Conditions d'attributions

A qui s’adresse le dispositif ?

Entreprises éligibles

Pour bénéficier de cette exonération, l'établissement doit être exploité par une entreprise appartenant à la catégorie des micro, petites et moyennes entreprises.

Les entreprises bénéficiant de l'exonération de CFE, pourront sur leur demande, bénéficier d'une exonération de la Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE) pour la fraction taxée au profit de la commune (celle revenant aux départements et aux régions devra faire l'objet d'une délibération supplémentaire de la part des collectivités).

L'exonération de CFE est applicable si les communes ont pris une décision en ce sens avant le 1er octobre pour l'année suivante. A défaut l'exonération prend fin.

Lorsqu’une activité non éligible à l’exonération est exercée dans un local occupé par l’entreprise au titre d’une activité éligible, il convient de mentionner la proportion du local affectée à l’activité exonérée.

Critères d’éligibilité

Concernant les communes en ZRCV :

Pour bénéficier du classement en ZRCV, les communes doivent être situées dans le secteur d’intervention d’une ORT (Opération de revitalisation de territoire).

Elles devront également avoir conclu, avant le 1er octobre de l’année qui précède celle du classement, une convention d’ORT qui prévoit notamment l’une des actions suivantes :

  • des actions d’aménagement des espaces et des équipements publics de proximité prenant en compte les difficultés d’accessibilité et de desserte des commerces et des locaux artisanaux de centre-ville,
  • des actions destinées à moderniser ou créer des activités ou des animations économiques, commerciales, artisanales, touristiques ou culturelles, sous la responsabilité d’un opérateur,
  • des actions favorisant dans les centres-villes la création, l’extension, la transformation ou la reconversion de surfaces commerciales ou artisanales.

Elles devront également avoir un revenu fiscal par unité de consommation médian inférieur à la médiane nationale. Cette condition n’est pas applicable aux départements d’outre-mer (communes de Guadeloupe, de Guyane, de Martinique, de La Réunion et de Mayotte).

Montant de l'aide

De quel type d’aide s’agit-il ?

Exonération dont le montant sera déterminé par l'EPCI.

Cette exonération de CFE est placée sous l'encadrement communautaire de la règle de minimis.

L'exonération cesse de s'appliquer à compter du 1er janvier de l'année suivant celle au cours de laquelle il n'est plus exercé d'activité commerciale ou artisanale au sein de l'établissement.

Informations pratiques

Quelle démarche à suivre ?

Auprès de quel organisme

L'entreprise doit adresser une demande au service des impôts dont relève chacun des établissements situés au sein de la zone de revitalisation l’année précédant celle de l’imposition, au plus tard le 2ème jour ouvré suivant le 1er mai ou, en cas de création d’établissement ou de changement d’exploitant ou d’activité en cours d’année, au plus tard le 31 décembre de l’année du changement ou de la création.

Critères complémentaires

Localisation dans les zones primables
  • Zones de Revitalisation des Centres-Villes (ZRCV)
Données supplémentaires
  • Aides soumises au règlement
    − Règle de minimis

Source et références légales

Références légales

Article 111 de la loi de finances pour 2020.

Article 1464 F modifié par la loi n° 2019-1479 du 28 décembre 2019 - art. 111.

 

Coordonnées de l'organisme

Actualités