les-aides.fr
Google+ Twitter Facebook Syndication RSS
Recherche libre Connectez-vous Menu

Les aides pour le secteur de l'hôtellerie et de la restauration

27 juin 2017

Comme les autres secteurs de la consommation, l'hôtellerie-restauration est confronté à une exigence croissante des clients en terme de confort et de sécurité. Mais la clientèle ne souhaite pas voir la note s'alourdir. Pour se développer, le secteur doit donc faire des efforts pour répondre à cette demande. Les entreprises de l'hôtellerie-restauration doivent donc rénover leurs équipements pour se maintenir à niveau. Présentation des aides spécifiques à ce secteur d'activité.

Les soutiens financiers à l'hôtellerie et à la restauration concernent surtout les projets d'investissement et de rénovation. L'objectif de ces dispositifs est de soutenir les actions de rénovation ou d'amélioration de la qualité de service auprès de la clientèle.

Bpifrance peut intervenir auprès des PME de l'hôtellerie et de la restauration via 2 prêts participatifs.
Le Prêt Hôtellerie(1) soutient des programmes de rénovation d'hôtels. Ce prêt permet également de financer des travaux liés à la sécurité ou à une action de développement durable.
Le Prêt Restauration(2) soutient des programmes de modernisation ou de mise aux normes de restaurants. Ces projets doivent être en lien avec l'amélioration du service à la clientèle. Ce prêt peut également être mobilisé pour des projets de reprise de restaurant. En fonction du montant du projet, le Prêt Restauration intervient sous forme de prêt à taux zéro ou de prêt à taux préférentiel.
L'intérêt du de ces 2 prêts pour le chef d'entreprise ? Aucune garantie sur les actifs de l'entreprise ou caution personnelle du dirigeant n'est demandée.

Les restaurateurs qui s'engagent dans la démarche de maître-restaurateur peuvent être soutenus par une mesure fiscale. Un crédit d'impôt(3) peut être mobilisé au titre des dépenses à réaliser pour l'obtention du titre de maître-restaurateur. Les dépenses éligibles à ce crédit d'impôt sont celles prévues par le cahier des charges du titre de maître-restaurateur, en matière d'aménagement et de fonctionnement.

Sur le plan fiscal, une mesure est prévue pour les activités saisonnières d'hôtellerie et de restauration. Celles-ci peuvent bénéficier d'une réduction de cotisation foncière des entreprises(4) lorsque leur activité est exercée entre 12 et 41 semaines par an. Une telle mesure a un vrai intérêt pour les établissements tenus de fermer au minimum 11 semaines par an pour cause d'absence ou raréfaction de la clientèle.



  Pour en savoir plus :




Sémaphore
CCI de France