les-aides.fr
Google+ Twitter Facebook Syndication RSS
Recherche libre Connectez-vous Menu

Les aides pour augmenter les apports personnels du créateur d'entreprise

9 novembre 2016

"Pas d'apport, pas de projet" ! Cette remarque est très souvent faite par les professionnels de l'accompagnement à la création d'entreprise. Le montage du projet de création d'entreprise suppose que le créateur apporte un financement initial non négligeable. Il est cependant rare qu'il puisse couvrir entièrement les besoins de financement liés au démarrage. Quelques aides permettent de renforcer les apports personnels du créateur.

Notons en préambule que ces aides ne peuvent se substituer intégralement aux apports personnels. Les aides présentées ci-après prennent la forme de prêts accordés au créateur.

Des prêts pour toutes formes d'entreprises

NACRE(1) (Nouvel Accompagnement à la Création et la Reprise d'Entreprise) est à destination du même public que l'ACCRE. Il consiste en une phase d'accompagnement et en avance remboursable à taux zéro. Le prêt NACRE est obligatoirement accompagné d'un prêt bancaire classique. Le créateur doit faire attention au cautionnement demandé sur ce prêt bancaire. Si la caution demandée par la banque dépasse 50 % du montant du prêt, le prêt NACRE ne peut pas être accordée.

Les prêts d'honneur (prêt sans garantie et sans intérêt) représentent une aide facile à solliciter et très utile au financement du projet de création.
Les Plate-Formes d'Initiative Locale (réseau Initiative France) peuvent attribuer aux créateurs d'entreprise un prêt d'honneur. Il s'adresse aux entreprises en phase de création ou créées depuis moins d'un an. Le montant de ces prêts d'honneur varie d'une PFIL à l'autre, mais une fourchette maximum d'intervention peut être citée : de 7 500 € à 23 000 € maximum en moyenne (sous réserve, bien entendu, des règles d'attribution de chaque PFIL).

Le prêt d'honneur du Réseau Entreprendre joue également le rôle d'effet de levier pour financer les projets de création. Ce prêt est d'un montant d'intervention généralement compris entre 15 000 € et 50 000 € (sous réserve des règles d'attribution de chaque association locale Réseau Entreprendre).

Des prêts pour des projets plus modestes

Les petits projets plus modestes, portés par des personnes connaissant des difficultés d'accès au crédit bancaires classiques, peuvent également mobiliser deux autres dispositifs.
Le micro-crédit «Parcours confiance professionnel»(2) est un prêt porté par une association issue de la Fédération Nationale des Caisses d'Epargne. L'octroi du prêt s'accompagne obligatoirement d'un accompagnement du créateur par un réseau d'accompagnement à la création d'entreprise. Mais ce prêt n'est pas mis en place dans toutes les régions (faites une recherche d'aides pour vérifier s'il s'applique sur votre territoire).
Le Micro-crédit(3) de l'ADIE est plus connu et peut être mobilisé sur toute la France.

A l'ensemble de ses dispositifs classique, il faut ajouter les investisseurs privés tels que les business angels et CIGALES d'une part, et les fonds de capital risque ou amorçage d'autre part (ces 2 derniers s'adressent à des projets de plus grande envergure).



Rendez-vous sur le parcours Création et entrepreneuriat.
Vous pourrez y chercher les aides adaptées à votre projet de création d'entreprise.

Les aides à la création d'entreprise sur Les-aides.fr(4)

  Pour en savoir plus :





Sémaphore
CCI de France